La vie est belle...

La vie est belle...
Cela ne veut pas dire qu'elle soit rose...
Toutes les couleurs y interviennent, et le gris et aussi le noir...
Mais qu'importent les tons ?
C'est l'éclairage qui est tout, et l'éclairage nous vient du ciel...


dimanche 31 décembre 2017

Vouloir tout gérer... c'est plutôt épuisant.

J'ai un gros souci avec un des traits de mon caractère. Disons que j'ai des soucis avec plusieurs traits de mon caractère, mais un me rend la vie dure parfois. Et si ce n'était qu'à moi, ça irait, mais ça rend la vie dure à ma famille entière. 
Oui, avec mes amis ou mes connaissances, j'arrive pas mal à me maîtriser mais avec ma familydamour c'est autre chose.
Oui, j'ai un problème avec le fait que je sais mieux qu'eux comment il devrait agir dans une situation donnée. Toujours. Trop souvent disons. 

Cela peut être sur...
- Tu ne devrais pas manger autant
- Va faire la sieste dans ton lit, tu dormiras mieux qu'au salon où il y a du bruit
- Attention aux sucreries !
- Ne rentre pas trop tard
- Va passer nouvel an plutôt là que là
- Arrête de jouer à l'ordi
- Dors, c'est l'heure
- Réveille-toi, assez dormi
- Habille-toi plus
- Mets des autres chaussures
- Il fait -5°C mets des chaussettes plus longues, on voit ta peau entre ton jeans et tes baskets estivales
- Prends-toi assez tôt pour faire tes devoirs
- Tu devrais avoir une vie plus calme et régulière
- Pourquoi restes-tu engagé là-dedans, après tu te plains d'être crevé
- Appelle le médecin si ton dos te fais mal depuis si longtemps...
- Mets un pull on est en hiver.
- Ne reste pas en short, on est en hiver
- Ne lis pas tes sms en conduisant
- Comment vas-tu survivre dans la neige, tu n'as que des baskets ?
- Fais si, fais ça, pas comme si, plutôt comme ça...

Bref, vous voyez quoi. Je veux tout gérer. Bon, oui, n'oubliez pas, à part mon petit der qui n'est pas majeur, tous les autres le sont (y compris mon Nommamoi... ah oui c'est vrai) et ils sont donc sensés gérer leurs emplois du temps/engagements/vêtements/nourriture/dodo, sans les recommandations expresses de le maman/épouse qui sait tout sur tout. Le problème, mon coeur de maman est resté au stade de maman-de-petits-enfants.

Oui, je suis chiante (mais non, juste un peu). Oui, trop souvent, je n'arrive pas à lâcher-prise. Oui, ça peut énerver les membres de ma famille. Oui, parfois il faut un moment pour que je réalise mon attitude. Oui, j'ai toujours raison, même quand j'ai tord. Je peux pas écrire ça. J'ai parfois tord d'avoir toujours raison. J'ai parfois tord de vouloir avoir toujours raison. J'ai tord de vouloir gérer leur vie à leur place. De vouloir les empêcher d'avoir leurs expériences par eux-mêmes. J'ai tord de vouloir leur empêcher toutes mauvaises expériences(et s'ils sont fatigués, et s'ils ont froid, et s'ils ont mal au dos...)... et quand c'est même mon Nommamoi qui bénéficie de mes conseils empressés et avisés, ça peut le crisper, surtout après le 10e en une heure. Il faut que je me calme. Ou que je fasse un bébé. Que je puisse recommencer à pouponner. Ou que je m'achète un chiot. Que je puisse recommence à pouponner. Trop vieille pour le bébé.
Ah oui, avec Fiston 2e on a eu une idée trop bien : on va faire couver des oeufs de poules au printemps. Et j'aurai ainsi quelques poussins à pouponner. Chiche. Non, non, j'ai bien dit faire couver, je ne vais pas commencer à les couver moi-même. Je couve déjà mes gosses.

Oui, c'est pénible pour les autres. Et pour moi aussi. J'ai des antennes supersoniques ultradigitales sphériques intracrâniales sans obsolescence programmée qui captent toutes anomalies à mes yeux chez les miens. C'est fatigant car avec 4 Zenfants et 1 Nommamoi il y a de quoi. Dans mon crâne, j'ai des alarmes tout l'temps. Je me crois toute puissante à pouvoir tout gérer. Bahhhh hahahahahaha ! 

Et une nouvelle année va commencer là dans quelques heures. Autant cette année je n'ai pu gérer grand chose malgré mes efforts, un véritable échec cette année,  autant l'année prochaine ce sera probablement plus ou moins du même. A moins que j'arrête de m'épuiser et que je commence à mettre mon énergie sur ma p'tite personne et les besoins réels autour de moi. 
Un beau gros challenge dont je vous ai déjà parlé X fois. Avec les Zenfants qui grandissent, le lâcher-prise est toujours plus difficile, car les soucis sont plus grands, et un gros câlin ne suffit plus pour les faire oublier.

Le p'tit mot spi : 
Même à Dieu je lui dis : 
- Tu sais je trouve que tu devrais faire ça comme ça, tu vois le mal-être de tel et tel, tu pourrais pas faire ci comme ci pour que bla bla bli bla bla bla car tu vois que ben bla bli, bla bla ?? Bien sûr que j'ai raison... euhhh, ahh oui, je suis qu'humaine ? J'avais un peu oublié cet aspect de la chose, c'est vrai je comprends pas tout du coup. Ok Seigneur, je te laisse gérer.
Attention à mon explication suivante, concentrez-vous bien :  et même si je ne le laissais pas gérer, ça changerait rien sauf le fait que je serais plus mal en point et en souci à vouloir gérer quelque chose que je ne peux de toute façon pas gérer... bref, vous avez suivi ?

Ce matin au culte, j'ai beaucoup aimé cette phrase de l'orateur : 
On apprend à nos enfants à voler de leur propres ailes. Au contraire au fil de la vie Dieu nous apprend à être toujours plus dépendants de Lui. 

Oui, au fil de la vie il y a des changements, des deuils à vivre et à faire. Les enfants qui s'éloignent au propre et au figuré, l'énergie de nos 20 ans qu'on a plus, les premières rides, les cheveux gris et les os qui grincent. Si ce n'était que ça. Mais autour de nous des décès, des maladies, des choses difficiles à vivre... à travers tout cela, sur lesquelles on a aucune prise, à part ingurgiter des vitamines,
s'appliquer consciencieusement une pommade anti-rides, se faire une teinture et du souci-qui-sert-à-rien... nous apprenons la dépendance à Dieu. Il n'y a plus que ça. Et pour moi ce n'est pas facile de lâcher et de déposer mes soucis aux pieds du Seigneur. Je dois apprendre et réapprendre. 

Le verset ci-dessous, Dieu me l'a rappelé d'une manière miraculeuse il y a quelques semaines. Ecrasée par les soucis, je passais à côté d'un calendrier posé sur un meuble, la première page est tombée et le mois avec la phrase Ne vous inquiétez de rien est apparue. Je passe tout le temps devant ce calendrier, et c'est la première fois qu'il me fait ça ! Je sais que c'était une phrase venant du ciel pour m'apaiser... Merci Seigneur d'avoir tourné la page.


Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ
Philippiens 4 : 6-7

Je vous laisse ce verset pour la nouvelle année qui s'ouvre devant vous ! Soyez bénis !

vendredi 29 septembre 2017

Ma rencontre avec Cunégonde

- Ehhh, salut ! Ça fait longtemps !
- Salut Cunégonde ! Cela me fait plaisir de te revoir, comment ça va ?
- Oh, ça va bien, rien de neuf ! Et toi ?
- Tu as le temps ?
- Mon train part dans 30 minutes, alors... j'ai bien le temps !
- Bon ben... euh... par où commencer ? Fiston 1er se marie !
- Quoi ? Mais il a quel âge ? 
- Ohhh, quasi 20 ! Il se marie  dans une année, tout est réservé, la date est fixée, et il s'est même trouvé une fiancée !
- Ahhh, ben vaut mieux !
- Oui, tu as raison ! Haha ! Elle est vraiment chouette, ils sont choux ensemble, tellement complices et... amoureux ! Il a fait un très bon choix, nous sommes reconnaissants !
- Mais il n'est pas aux études ?
- Oui, ils sont tous les deux aux études, là. Encore pour quelques années, les parents sont là pour ça, on les aidera jusqu'à la fin... quoi ! Je pensais jamais que Fiston 1er se marierait si vite, je leur ai toujours dit de ne pas se presser d'être à deux, d'apprendre à se connaître eux-mêmes d'abord, de voyager,  et tutti quanti, et tout à coup... vioup, il se marie ! Je te dis pas l'adaptation en tant que parents ! Et le fait qu'on doit se rappeler que notre rôle c'est de leur donner des racines... et des ailes ! Parfois je me demande si je ne leur ai pas donné plus d'ailes que de racines... quoi.
- Et ta fille ? Elle est de retour de l'étranger ? 
- Oui ben depuis bientôt 1 an et demi déjà. Ça va vite ! Après un retour un peu difficile, une réadaptation pas simple, elle a trouvé un chouette boulot, un studio, 2 lapins, quelques heures dans du bénévolat et est heureuse de sa vie ! 
- Ohhh, ben c'est super ! Pas de prince charmant en vue ?
- Oh, pas à ma connaissance. Par contre, reprise des études dans quelques mois... pour au moins 5 ans ! Dès le début de l'année. Du coup elle arrête son boulot, devra probablement revenir à la maison avec ces 2 lapins (ou pas), arrêter le bénévolat... et aimerait aller au moins faire une année d'étude à l'étranger... et j'espère qu'elle sera encore heureuse de sa vie... Du coup, papa-maman devront remettre leur main à leurs porte-monnaies, quoi ! Et refaire de la place chez nous ! Mais avec un peu de chance, elle reviendra quand Fiston 1er s'en ira... comme ça ce serait idéal ! Soyons positifs !
- Et ben..
- Ouais... la réadaptation, je te dis pas... pas simple. J'ai l'impression de n'avoir plus de prise sur ma vie. 
- Bon, mon train part bientôt là... j'espère que pour les deux suivants c'est plus court ?
- Oui ! Manana 2e est en pleine recherche d'une place d'apprentissage... et heureusement je crois qu'elle a plus ou moins trouvé le métier qu'elle aimerait faire. Nous prions qu'elle trouve quelque chose où elle se sente bien,... suspense !!
- Oups, 2 minutes, il faut que je te laisse...  Cunégonde s'en va, puis se retourne : Vite, ton petit der ?
- Tout rouuuuuuuuule !!! Tout tout rouuuuuuuuule !!! 
- Oufff j'aurai mon train.... Byyyye !
Elle s'en va en courant. Je crie : 
- Bye Cunégonde !!! A une proch !!!
Je la vois sauter dans le train, sa robe moyenâgeuse se coince presque dans la porte qui se ferme au même moment. 
TchuTchu TCHU TCHU... (bruit du train qui s'en va)

J'espère juste que la prochaine fois que je la croise, j'aurai moins de neuf à raconter. J'espère. Car là, franchement, je me laisse prendre par le courant de la vie de mes Zenfants. Adaptation non-stop. Le train-train quotidien ? C'est quoi déjà ? 
Moi, comment je me sens ? Ben, occupée, très occupée. Des craintes s'en mêlent et s'emmêlent. La (future) vie de mes Zenfants me rempli la tête de réflexions, de choses à penser, à ne pas oublier, à organiser, et à lâcher, oui beaucoup de choses où je dois apprendre à lâcher-prise...


Il y a quelques jours, dans un moment de tension intense avec un/e de mes "petits", on m'a lancé :

- De toute façon, les parents, ça sert à rien ! (c'était pas forcément la meilleure période pour me le dire)
Heureusement qu'on n'attend pas de salaire du côté de nos petiots...

PS : comme me l'a dit dernièrement une amie : Un enfant un jour. Un enfant toujours. Tellement impitoyablement plein de justesse.
PS 2 : vous aurez deviné que je ne connais pas de Cunégonde et que cette rencontre est  sortie de mon imagination... mais le dialogue est véritable... je le connais par coeur.

Le p'tit mot spi
Je me sens parfois dépassée par la vie qui passe si vite, les changements autour de moi, si proches qu'ils me touchent et bousculent ma vie... je me sens parfois submergée. Même si c'est de beaux et bons changements (mais pas que). Mais quand on a le bonheur (mais oui !) d'avoir 4 petiots il y a bien souvent le beau et positif qui côtoie quelque chose de plus difficile... mes tripes sont encore une fois tiraillées, emmêlées, écrabouillées...
Mais ce qui est fabuleux c'est que oui, quand je tourne les regards vers Dieu (quand mes tripes ne sont pas tranquilles, je le fais encore plus souvent !), je peux chanter :


ça vient de là-haut 
tout devient plus beau 
quelqu'un vient changer le décor 
et nous fait croire encore 
ça vient de là-haut 
c'est plus fort que les mots 
entre un regard et un soupir 
il reste un mot à dire 
merci

MERCI pour tout ce qui va bien, pour tout ce que tu fais, pour tout ce qui s'est déjà démêlé dans ma famille, pour tout ce qu'on apprend, pour Ta présence constante,... Sans Toi, je vivrais dans la crainte et dans l'abattement, avec Toi, Il y a l'Espoir. Toujours. MERCI d'être là, ainsi ma vie est plus belle, plus paisible malgré qu'elle soit chahutée de partout !
Je lis Néhémie ces temps, et il avait un job pas évident à faire, comme notre rôle de maman (construire une muraille, moi je pourrais pas !). Je me sens un peu comme lui ces temps, pas forcément à la hauteur. Comme lui, je prie :
O Dieu, fortifie-moi pour ma tâche ! Néhémie 6 : 9
Et quand il eut fini, il reconnu :
Un tel ouvrage n'avait pu être mené à bonne fin qu'avec l'aide de notre Dieu. Néhémie 6 : 16

Moi aussi, j'ai besoin de toi, Père, pour tous les défis présents et à venir, sans Toi, j'aurais probablement déjà tout lâché et serais partie sur une île déserte (avec une bibliothèque) !

vendredi 25 août 2017

Grenouilles et autres soucis. Ou pas.

Quelques grillades, coups de soleil, bouquins, aventures plus tard... la rentrée est déjà derrière, en tout cas pour nous les helvètes ! Les nuits se font moins chaudes, il y a parfois un petit air d'automne que moi personnellement je refuse de voir. J'aime l'été. 

Mais voilà qu'à présent et de cela déjà 2 semaines, je suis seule toute la journée. Seule = sans enfants ados-adultes. Car seule je ne suis pas : les chats (Chatnana & Chatmec) me suivent en miaulant,... et,  hier encore, Chatmec m'a encore apporté une grenouille bien dodue, tout fier, dans la véranda, derrière la vitre en plein soleil, pour me tenir compagnie. Gentil le chat.  

Bref, c'est la rentrée alors je profite de recontacter mes amies, je revois mes collègues, notre groupe de dames du mercredi matin a repris (où on discute autour du bouquin Makarios, pour celles qui veulent tout savoir, cliquez sur le nom) et je reprends différentes activités bénévoles à l'église ou pas. Je suis motivée, apaisée. Les douze derniers mois ont été difficiles et parfois bien lourds pour mon coeur de maman. Tout est rentré dans l'ordre à présent. Tout. J'espère à présent avoir une année sans grosses surprises... mais je ne suis pas trop naïve sur ce coup-là. Avec 4 Zadozadultes, impossible que la vie soit un long fleuve tranquille. Avec un Nommamoi non plus en fait. Et moi-même, je ne suis pas toujours facile à gérer aussi. Même par moi-même. 

Ah oui et j'ai aussi ce problème d'invasion de grosses grenouilles, que le chat de Manana 1ère, qui n'habite plus avec nous, Chatmec donc, m'amène régulièrement. 

Bon. Alors, avec ces grenouilles, qu'est-ce qui se passe ?
Il y a quelques mois j'ai commencé à en trouver dans mon jardin. Des vivantes. C'est chou, c'est sympa. Puis, la chaleur implacable commençant à s'installer, j'en ai trouvé surtout des déshydratées, hyper desséchées, super mortes donc, genre champignons séchés, mais en plus grand et plus foncé avec une forme de grenouille écrasée (!) : sur ma terrasse, dans ma véranda... Puis des déshydratées sans tête (!)... Dégueux.  Puis, une fois, en glissant la fenêtre de ma véranda pour l'ouvrir, j'ai entendu comme un craquement, le bruit d'un gros papier journal qu'on froisse,... et ça coinçait quelque peu : en fait, une grosse grenouille desséchée ne voulait pas que je l'ouvre, cette fenêtre !!! Dégueux. Heureusement, j'avais mespetiotsdevenusgrands sous la main, en particulier Manana 2e, experte en ramassage de grenouilles bien hydratées ou pas, avec tête ou pas. Elle sait que celle qui est sèche va dans la poubelle après avoir été mise dans un sac plastique, pour que l'odeur ne nous tue pas tous. Elle sait que les hydratées vont dehors, assez loin de par chez nous et plutôt dans un endroit ombragé et humide...
Mais mais... 

Un jour, dans ma véranda, je trouve une grenouille sur le dos étendue de tout son long, que je crois morte... elle me surprend, je trouve sa dégueux (pour changer) et je crie un coup. Je ne sais plus trop ce que j'ai hurlé : hiiiii ! ou arggghhhh ! ou ohhhh nonnnn ! Ce qui est sûr, c'est que ce n'était pas d'une douce et jolie voix. Puis, la surprise passée, je me rapproche (théoriquement elle ne peut pas me faire de mal) et je vois qu'elle respire, et qu'elle brille un peu d'humidité. Ohhhhh.... je la prends... en pitié (non, pas dans la main) et appelle la "spécialiste es grenouille" de la famille pour voir ce qu'elle en pense et comment on pourrait procéder pour la réanimer.

Nous décidons alors de la mettre dans un seau d'eau pour la réhydrater (oui, car pour les champignons déshydratés ça marche, ...) On se partage les tâches : je remplis le seau, Manana 2e y dépose la grosse grenouille, apathique, à peine humide, mais vivante. Et nous la laissons tremper quelques heures. Mais nous devons veiller : Chatmec est très intéressé, surtout quand elle commence de bouger, quand elle reprend du poil de la bête !
Voilà que le seau est placé en hauteur, pour éviter toute attaque du félin enragé !

La voilà qui saute même hors du seau ! C'est bon, elle est en forme ! Manana 2e la remet à l'eau sur ma demande expresse. Après la première partie de cette "opération sauvetage" de grande envergure, et Manana 1ère étant arrivée entre-temps, munies de la grenouille l'oeil bien éveillé à présent et baignant dans son seau d'eau,  nous partons telles les "Drôles de Dames" en voiture  sport décapotable rouge pour terminer notre mission : la remettre dans son milieu naturel et loin de nos félins chasseurs : un étang ! Elle s'en va sans un merci, nageant d'une palme alerte. 

Mission accomplie ! Fières de nous. En paix avec nous-mêmes. Une grenouille de sauvée. Une. 

Mais celle de hier, me direz-vous ? Vous êtes inquiets pour elle ? Oui, je vous comprends. En plus j'étais seule à la maison (juste avec 2 chats et une grenouille). Personne ne pouvait m'aider pour la déplacer. 

En fait, pour revenir en arrière, je l'avais aperçue tout d'abord après avoir été interpellée par un couinement bizarre et terrorisé : Chatmec jouait avec et la grenouille hurlait !!! Vous saviez que les grenouilles criaient ? Ben moi non plus !!!  J'ai  ramassé ce coquin de Chatmec (non, pas la grenouille),  l'ai enfermé à l'intérieur de la maison. Il n'était pas content, il voulait son jouet. Je n'ai pas eu le temps de réfléchir que faire avec l'être gluant, que la grenouille a disparu je ne sais où rapidement. Tant mieux. Pour moi. Pour elle je sais pas. Peut-être est-elle cachée quelque part dans ma véranda. Telle un champignon déshydraté. J'ai pas cherché. 

Bref. Voilà. Je ne sais pas pourquoi je vous raconte ça moi en fait. Peut-être pour que vous ne croyez pas que je n'ai aucun souci. Peut-être. 
Si j'ai des nouvelles de (feu) la dernière grenouille, je vous tiens au courant. Promis. 

Je vous souhaite à tous une belle reprise, si possible sans grenouille et sans soucis ! (mais les chats c'est sympa !)

PS : désolée, je n'ai plus les agacements des cahiers & livres à recouvrir pendant des jours, de l'impossibilité de trouver du papier pour çq car je m'y suis prise encore trop tard, je n'ai plus le souci de l'achat de pantoufles quand il n'y a plus de choix en magasin, ni  des nouveaux horaires et du jour de gym, de l'oubli de la collation de 10h,... mais voilà... y en a d'autres !
PS 2 : pourquoi mes chats ne m'apportent pas des souris, ou des oiseaux, mais des grenouilles ? That's the question.

Le p'tit mot spi

C'est le début d'une année scolaire... bien souvent, cette période est bien plus remplie de défis et d'inquiétudes que la nouvelle année ! Surtout si nous avons une famille ! Mais sachez que Dieu mon Père sait. Il sait tous les problèmes que vous vivez. Tous vos questionnements, tous vos "je ne comprends pas, pourquoi moi ?", Il sait le souci que vous avez pour vos enfants, ou pour votre couple. Il désire vous aider ! Faire partie de vos vies ! Il vous aime tellement qu'Il ne veut pas s'imposer, c'est à vous de lui parler tout simplement pour lui exposer vos soucis, pour lui demander de l'aide, de la force. Vous n'avez même pas besoin d'être parfaits pour lui causer. Il est là. Il attend, et Il vous dit :
Fortifie-toi et prends courage. Ne sois pas effrayé ni épouvanté, car l'Eternel, ton Dieu, est avec toi où que tu ailles.  Josué 1 : 9

N’aie pas peur, car je suis moi-même avec toi. Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu. Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens par ma main droite, la main de la justice. En effet, c’est moi, l'Eternel, ton Dieu, qui empoigne ta main droite et qui te dis: «N’aie pas peur! Je viens moi-même à ton secours.» Esaïe 41 : 10 & 13

Est-il ton Dieu ?
Jésus dit : Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi. Apocalypse 3: 20